Sir Francis Drake

Portrait de Francis Drake

Né vers 1540 à Tavistock dans le Devonshire, au sud de l’Angleterre, Francis Drake est le fils d’Edmund Drake et de Mary Mylwaye. Jeune, il vécu dans une famille pauvre et protestante de douze enfants. Son père travaillait dans la marine. En 1549, Francis Drake et sa famille sont forcés de déménager et de quitter son village natal à cause des révoltes catholiques. Très tôt, vers l’âge de douze-treize ans, il embarque sur un modeste navire marchand. Suite à la mort du capitaine, il lui succède au commandant et devient alors propriétaire puis capitaine du bateau à vingt ans seulement.

En 1567, l’histoire se met en marche. Il participe à une expédition de John Hawkins son oncle, riche négociant, constructeur de navires et navigateur, vers l’Afrique. Le but de ce voyage est d’acheter des esclaves et de les revendre dans les colonies du nouveau monde. Dans une rade des Antilles, Drake, Hawkins et leur flotte se firent encercler par les Espagnols. Néanmoins tous les deux réussirent à s’échapper in extremis. L’histoire raconte alors que c’est cet évènement qui est à l’origine de la haine qu’éprouva Drake envers les Espagnols et qui l’incita à se venger plus tard.  Cependant La dualité entre les Anglais et les Espagnols était à la fois historique et religieuse. Les deux peuples étaient de confession différente, protestante (pour les Anglais) et catholique (pour les Espagnols). Les deux royaumes se disputaient aussi les mers et les routes commerciales.

Cette haine mena Drake à piller les colonies espagnoles d’Amérique, on raconte que ces pillages étaient plus ou moins réussis. Peu importe, car c’est ainsi que naquit la réputation de Francis Drake, comme étant un « marin sûr et un intrépide guerrier ». En 1572, à la tête de deux navires Drake, réussit à reprendre aux Espagnols les places de Nombre-de-Dios et de Venta-de-Cruz situées sur la côte orientale de l’isthme de Panama. Toujours en quête d’argent et associé à John Hawkin, Drake participe alors au commerce des esclaves.

Cliquez pour agrandir

Sommaire :


En 1570, Francis Drake reçoit de la reine Elisabeth Ière ses lettres de marque (autorisation permettant de bénéficier du statut de corsaire). Le navigateur est alors officiellement soutenu par la reine qui participe aux frais et au butin de ses expéditions.

En 1577, la reine Elisabeth donna à Francis Drake la mission de naviguer sur la côte Pacifique américaine et de s’attaquer à la flotte espagnole. Drake s’exécuta et devint le premier anglais à faire le tour du monde.

Le 15 novembre 1577, Drake commence son expédition autour du monde avec 164 hommes répartis dans cinq navires : le Pélican, le Elizabeth, le Christopher, le Swan et le Benedict.

Francis Drake embarque à bord du Pélican qui devint au cours du voyage la Golden Hind. Mais une violente tempête endommagea sa flotte.  Afin de remettre ses bateaux en bon état, il retourna à Plymouth.

Le 15 décembre, soit un mois plus tard, Drake prit à nouveau la route des océans.

Le 30 janvier 1578, au large des îles Cap-Vert, sa flotte capture deux navires portugais dont le Santa Maria, qui deviendra le Mary après s’être fait rebaptiser par Drake. Ce navire est ajouté à l’expédition. Alors qu’elle traversait l’Atlantique, la flotte de Drake est piégée dans une violente tempête. Ayant  perdus beaucoup d’hommes le Christopher et  le Swan doivent être sabordés afin de poursuivre le voyage.

Le 18 juin 1578, la flotte parvient à faire escale à San Julian (en Argentine). Le Mary, jugé en trop mauvais état est brûlé. Le Pélican est rebaptisé Golden Hind. Après cette longue traversée Drake prend la décision de passer l’hiver (période mai-août 1578) dans la baie.

Le 20 août 1578, après une traversée de 16 jours, la flotte  arrive au niveau du détroit de Magellan et  passe au sud des Terres de Feu, à l’extrémité du continent sud-américain. Ce passage fut ensuite appelé en 1616 officiellement le « Passage de Drake ». Les bateaux  furent déportés à une latitude de 57 degrés Sud, faisant de Drake le premier marin à avoir navigué à une latitude si importante. James Cook renouvèlera l’exploit à de telles latitudes en 1773 soit environ deux siècles plus tard.

Par la suite, de violentes tempêtes font couler un navire tandis qu’un autre rentre vers l’Angleterre. Le Golden Hind remonte alors  le long des côtes Américaines. Et comme à son habitude, Francis Drake attaque des navires et des ports espagnols. On raconte alors que ces diverses attaques lui permirent d’amasser un grand nombre de richesses.

Le Golden Hind

Le 17 juin 1579, Francis Drake débarque sur les côtes ouest de l’Amérique du Nord (on suppose en actuelle Californie) pour remettre en état ses bateaux. On raconte plusieurs histoires concernant cette escale. La légende raconte que Drake fabriqua de fausses cartes pour tromper les Espagnols. On raconta même qu’il noua des liens d’amitiés avec les indigènes sur place y laissant même des hommes afin de coloniser le secteur.  À son départ, il nomma modestement l’endroit « Nova Albion » (en latin : « Nouvelle Grande-Bretagne »).

Le 22 juillet 1580, Drake quitte la Californie pour traverser le Pacifique. Après quelques mois de navigation, Drake, ayant traversé les îles indonésiennes puis contourner le cap Bonne-Espérance, parvient à accoster à Sierra Leone (en Afrique de l’Ouest entre la Guinée et le Libéria), puis les Canaries le 22 août.

Ce n’est que le 26 septembre, que Francis Drake (avec 59 survivants à bord) arrive à Plymouth au Sud de l’Angleterre. Les cales navires regorgeaient de richesses et d’or pillées dans les ports et sur les  navires espagnols durant sa circumnavigation qui dura environ trois ans. La reine s’empara de la moitié du butin. On raconte que cette somme, à elle seule, était plus importante que le reste des revenus de la reine, sur toute une année.

Le 4 avril 1581, la reine Elisabeth Ière monta à bord du navire du Golden Hind et  y anoblit Francis Drake. Devenu chevalier, Sir Francis Drake devint également maire de Plymouth et membre du Parlement.

À partir de l’année 1585, Sir Francis Drake devenu un véritable chevalier des mers multipliant des actions toujours plus audacieuses, mène alors de nouvelles expéditions contre les colonies espagnoles. Il s’empare de plusieurs territoires aux îles Canaries et au Cap-Vert. En 1586, il pille les ports de Saint-Domingue, mais aussi de Carthagène et de Sainte Augustine. Véritable gloire et fierté du royaume, la reine le nomme ainsi vice-amiral.

En 1587, il prend par surprise le port de Cadix, détruisant une trentaine de navires espagnols et s’emparant de l’or des Indes Espagnoles.

En 1588, les relations tendues entre le royaume d’Espagne et le royaume d’Angleterre entraînent le déclenchement d’une  bataille  navale (la Bataille de Gravelines). Sir Francis Drake parvient encore à démontrer son courage et son savoir faire et sauve son pays de l’Invincible Armada, avec l’aide d’autres illustres navigateurs tels que John Hawkins, Martin Frobisher, Charles Howard et Walter Raleigh. Drake s’empara notamment du vaisseau amiral espagnol.

Jusqu’en 1595, Drake poursuit sa carrière de navigateur, période pendant laquelle il essuie plusieurs défaites consécutives au cours d’une campagne contre les Espagnols en Amérique.  Il attaqua, sans succès, San Juan,  à Puerto Rico. Un boulet de canon vint même s’écraser dans sa cabine, mais il survécu.

Alors qu’il continuait à piller le nouveau monde, c’est au début de l’année 1596, à la cinquantaine, que Sir Francis Drake décéda de la dysenterie (une maladie infectieuse du côlon) au large des côtes de Portobelo, à Panama, où certains navires espagnols avaient cherché refuge. Il fut inhumé en mer dans un cercueil de plomb.

Considéré soit comme un héros en Angleterre ou comme un démon en Espagne,  Sir Francis Drake demeure l’un des plus grands navigateurs et explorateurs marins de tous les temps. C’est le premier anglais à avoir fait le tour du monde et ses aventures suscitent encore beaucoup de passion et de mystères. Au travers de sa vie et de ses expéditions, Francis Drake aurait laissé derrière lui plusieurs indices menant à de mystérieux trésors encore dissimulés et ce dans des endroits qui demeurent toujours inexplorés.

Aux yeux de l’Histoire, Francis Drake est mort sans enfant et inhumé au large des côtes panaméennes. Toutefois selon Nathan Drake tout ceci n’était qu’une mise en scène audacieuse de son ancêtre. La vérité demande qu’à être explorée.

Attention, dorénavant cette partie contient des spoilers sur l’histoire d’Uncharted : Drake’s Fortune !

Nathan Drake affirme que cet anneau est un héritage. Une date est gravée sur celui-ci : 29 Janvier 1596, soit un jour après la date supposée de la mort de Francis Drake. Il le porte cet anneau tout au long du jeu, il décide de le laisser sur le corps de son ancêtre quand il découvre son corps dans une salle où était censée se trouver le trésor. À la fin de l’histoire, Elena lui remet l’anneau en lui expliquant elle le repris en pensant qu’il allait lui manquer à Nathan. On remarque qu’il porte aussi cet anneau durant les épisodes d’Uncharted 2 : Among Thieves et Uncharted 3 : L’Illusion de Drake.

Sur l’anneau il est inscrit : «Sic Parvis Magna », la devise présumée de Sir Francis Drake que l’on traduit par : « La grandeur vient des débuts modestes », ainsi que les coordonnées du cercueil vide.

Nathan rendant l’anneau à son ancêtre

Au début d’Uncharted : Drake’s Fortune, on apprend que Francis Drake a voulu faire croire à sa mort. Nathan Drake réussit à retrouver le cercueil de son ancêtre près des côtes panaméennes (Uncharted : Drake’s Fortune, Chapitre 1 – Embuscade). Ce cercueil est constitué de plomb, le sceau de Sir Francis Drake est marqué sur le devant. Nathan constate, comme il s’y attentait, que celui-ci est vide. Néanmoins, Francis Drake y avait laissé son journal.

Suite à l’attaque du bateau de Nathan par des pirates, le cercueil retournera sous l’eau.

Nathan Drake ouvrant le cercueil de son ancêtre

 

Le journal retrouvé par Nathan contient un grand nombre d’informations et de notations de Sir Francis concernant la route de l’El Dorado.

Placé dans la poche avant-gauche de Victor Sullivan le journal permet de sauver la vie de ce dernier, en amortissant l’impact de la balle (Uncharted : Drake’s Fortune, Chapitre 3 – Une trouvaille surprenante.)

On peut aussi voir apparaitre le journal dans Uncharted 2 : Among Thieves, dans la chambre d’hôtel de Nathan, ainsi que dans la bande annonce de Uncharted 3 : L’Illusion de Drake.

Témoin des effets de la malédiction de l’El Dorado, Sir Francis Drake arracha une page de son carnet et écrivit ces derniers mots :

« Ma fin est proche. Les démons me traquent dans les ténèbres. L’or de l’Eldorado porte une terrible malédiction.  Les Espagnols ont libérés les enfers et en deviennent les suppôts. Mes hommes ont tous étés assassinés, me laissant seul avec notre quête. Aucun navire ne quittera cette île. Je l’ai ai tous détruits et j’ai noyé la citée maudite. Un mal si terrible ne doit jamais quitter ces rivages. En cet instant ultime je remets mon âme à Dieu, qu’il pardonne en cet endroit maudit.

Francis Drake »

Le journal de bord de Francis Drake est une véritable mine d’informations


 

Le corps de Francis Drake est finalement retrouvé par Nathan dans la salle du trésor. Cette salle est vide et ne cache aucune richesse, ni information. (Uncharted : Drake’s Fortune, Chapitre 17 – Le Cœur de la salle). Le corps se trouve allongé à même le sol, adossé contre l’un des nombreux piliers de la vieille salle circulaire. En voyant le corps Nathan, visiblement ému et attristé constate :

– « C’est Drake. Il l’a pas trouvé [ndlr : le trésor], il est juste mort ici. Tout ça pour la grandeur. Une vie gâchée, pour rien. »

Avant de partir, Nathan rend l’anneau à son ancêtre.

À vouloir vivre dans la gloire, Sir Francis Drake est mort seul et dans l’ombre. Loin de tout, sur une île inconnue et maudite.

Sir Francis Drake est mort seul et pauvre

« Il y a un début à tout grand projet.

Mais il n’y a qu’en menant à bien ce projet jusqu’au bout que l’on connait la véritable gloire. »

Sir Francis Drake, 1587.

Dossier réalisé par Antoine

À